20/11/2022

loup1.png

loup2.png
loup3.png

Le comportement du loup

Pourquoi observe-t-on des loups à proximité des zones habitées ?
Le loup possède un caractère opportuniste : il est capable de s’adapter et de vivre dans des milieux variés.
En Europe, les loups fréquentent aussi bien les milieux dépourvus de toute présence humaine (haute montagne, massifs forestiers...) que des habitats anthropisés (bocages, périphérie urbaine...).
La fréquentation de milieux artificialisés est une stratégie d’adaptation nécessaire à la survie de l’espèce. Il s’agit le plus souvent d’animaux s’approchant d’ongulés sauvages, dont la zone d’hivernage coïncide avec des zones habitées.


Pourquoi le loup ne craint-il pas de s’approcher des maisons ?

Les scientifiques ont démontré que le loup ne détecte la présence de l’homme qu’à la vision d’une silhouette humaine, et non à la vision d’une infrastructure érigée par l’homme. Ceci explique qu’il puisse s’approcher des habitations.
Les jeunes loups, eux, peuvent se montrer plus curieux et naïfs par manque d’expérience. Ils sont moins méfiants et donc davantage susceptibles de développer une habituation à la présence humaine.
Naturellement la présence du chien peut susciter la curiosité du loup.


Existe-t-il un danger pour l’homme ?

Les dernières situations d’attaques par des loups documentées en France datent de 1914 et 1918. Elles étaient le fait d’animaux enragés. Or la rage est officiellement éradiquée en France depuis 2001, ce qui diminue considérablement les risques d’attaques.
Les attaques contre l’homme dans d’autres pays sont très rares et seulement le fait d’animaux enragés, stressés lors de campagne de capture ou encore qui n’ont aucune possibilité de s’échapper. Les marcheurs n’ont donc pas de risque, mais ils doivent garder leur chien auprès d’eux afin qu’ils ne courent aucun danger en cas de contact avec le loup.


Loup en vue, 
que faire ?

Les loups sont en général des animaux craintifs qui évitent les êtres humains. Toutefois, lorsqu’ils perçoivent une présence, les loups ne fuient pas forcément mais observent d’abord la situation pendant un moment, puis se retirent. Depuis son retour naturel, il y a près de 30 ans, les données collectées par l’OFB font état de quelques cas de grognements d’intimidation, aucun cas de morsure ou d’attaque n’a été documenté en France.
Le loup reste cependant un animal de la faune sauvage qui peut agir de manière imprévisible.

Il est donc recommandé d’adopter les comportements suivants :
Dans la majorité des cas, le loup observe, puis s’éloigne
• Rester calme et garder une distance adéquate ;
• Ne jamais tenter de l’approcher ou de le photographier ;
• Ne jamais le nourrir ;
• Tenir son chien en laisse.
Dans quelques cas, le loup observe et ne s’éloigne pas
• Ne pas fuir en courant ;
• Ne pas lui tourner le dos
• S’éloigner de l’animal calmement en
reculant lentement et en maintenant le
contact visuel ;
• Se tenir droit et debout et se faire
paraître plus grand ;
• Laisser au loup le moyen de s’échapper
en lui laissant de la place ;
• Tenir son chien en laisse ;
• Ne pas tenter d’approcher l’animal, ni
de le nourrir.
Dans le cas extrêmement rare où le loup s’approche ou agit de manière agressive
Si le loup s’approche ou agit de manière agressive en levant haut la queue, les poils hérissés et en grognant :
• Gesticuler ;
• Taper des mains ;
• Lui jeter des objets pour le faire fuir.